Histoire et patrimoine

Histoire et patrimoine

Pouillon est un ancien vicus gallo romain dressé en camp retranché. Le village fut bâti de chaque côté de la voie romaine reliant Bordeaux à Pampelune. L'occupation romaine dura cinq siècles. La découverte d'outillages (pierres taillées) du Paléolithique sur le tuc de Bénarruc prouve l'ancienneté de la présence humaine sur le village.

L'étymologie de Pouillon est diverse, deux thèses sont émises. L'une affirme que c'est un gallo romain Pulio ou Pollion qui fonda le peuplement de Pouillon. L'autre provient du gascon "pouy long" c'est à dire longue côte.

Pouillon vécut sous domination Anglaise jusqu'en 1450-1451. Durant cette occupation l'église fut fortifiée comme l'attestent les meurtrières et créneaux dans l'abside. Au 16° siècle lors des guerres de religion l'église est incendiée.
Au 17° siècle, la source dite de Bidas aux vertus médicinales est appréciée jusqu'à la cour de Versailles.
Durant la 2° guerre mondiale en 1944, un maquis de cinquante hommes s'organise

Patrimoine naturel et historique de Pouillon

Source de Bidas :

Cette source aux vertus médicinales se trouve sur la route de Mimbaste. A l'origine, c'est une source à 19° d'un débit journalier de 90 000 litres. Au 17° siècle, le comte de Luppé puisa une bouteille à la source et l'offrit au Roi Soleil qui fut conquis par les vertus de cette eau. En 1906 une tentative d'exploitation de la source, autorisée par l'Académie de médecine vit le jour. On procéda même à l'embouteillage de l'eau afin de la commercialiser. Cependant cette entreprise se solda par un échec.

Eglise :

Bâtie au 11° siècle, l'église est à l'origine de style roman : une inscription gravée sur un mur intérieur de l'abside centrale indique la date de consécration (1045). Lors de l'occupation Anglaise, elle fut fortifiée comme l'atteste les meurtrières albalatrières et créneaux visibles dans l'abside. Les nefs ont sans doute été reconstruites dans le style gothique aux 15° et 16° siècles suite à l'incendie qui la ravagea lors des guerres de religion (1569). L'autel en marbre est l'œuvre des frères Mazetti et date du 18°siècle. Les vitraux modernes ont été réalisés par un maître verrier de Tarbes, Mr LETIENNE sur des cartons de Mme BLANC - SUBES. Ils sont l'illustration des béatitudes évangéliques et donnent à tout l'édifice un chatoiement de couleurs magnifique et lumineux.

L'église est classée aux monuments de France depuis 2002.

«Le  tramway de la Chalosse et du Béarn » :

la gare de Pouillon

La gare de Pouillon

Difficile d’imaginer qu’autrefois, il y avait une gare à Pouillon… Et pourtant !

Les anciens se souviennent encore de ce petit train très usité depuis sa mise en circulation le 13 juillet 1914. La gare (crèche actuelle) accueillait le tramway qui faisait la navette entre Peyrehorade et Dax, passant par les arrêts de Cagnotte, Gaas, Pouillon ainsi que les arrêts facultatifs et parcourant une distance de 31,157 km à une vitesse de 25 km/ heure.

On pouvait le voir passer non loin du lac de Luc avant de s’engager dans l’avenue du Pas de Vent,

Traversant ainsi le centre du bourg et rejoignant la gare où la locomotive à vapeur se ravitaillait en eau, grâce au réservoir situé sur la tour, avant de repartir par la route de Mimbaste et de continuer son chemin par Bidas,  Monpeyroux,  Bénesse et Saint-Pandelon.

Le tramway servait aussi au transport de marchandises diverses, allant des matériaux de construction aux animaux

Le progrès (l’arrivée des autobus) eut raison du petit train qui mit fin à sa course le 14 juillet 1935 pour les voyageurs et le 1er décembre 1937 pour le transport des marchandises

 « Le Dacquois » dimanche 6 avril 1913

 Pouillon :

tramway2

 Tramways. A l’occasion du conseil de révision, nous avons eut le plaisir de voir la machine du tramway de Dax à Pouillon munie d’une voiture salon, transporter dans notre localité les membres de la commission chargée des opérations. Presque tout le bourg de Pouillon s’était rendu à la gare pour la réception de M le Préfet. A quand l’ouverture officielle ? Nous espérons et nous souhaitons que la dite ligne sera ouverte au public pour la Pentecôte, afin que nous puissions, nous rendre à Dax pour l’inauguration des arènes et que le marché de Pouillon reprenne dans les meilleures conditions.

Nous n’avons pu trouver trace d’un article relatant l’inauguration et l’ouverture officielle, la guerre ayant éclaté entre temps.

Chapelle de Benarruc :

benarruc

La chapelle de Bénarruc située au  quartier d’Ariosse sur un des points culminants de Pouillon, où les archéologues ont cru découvrir les traces de l’apparition de l’homme préhistorique(voir  Dufourcet).

Des fouilles furent entreprises par Grateloup en1749, et François de Borda d’Oro, en 1796,qui permirent de trouver, sur la croupe occidentale, du lieu dit « Bénarruc », dans une couche de terre de plusieurs pieds d’épaisseur, au dessus d’un lit de gravier, les traces d’un atelier de silex taillés, ainsi que des pointes de flèches , des lances, et des petites haches de différentes dimensions.

Hector du Boucher (catalogue des stations préhistoriques » de 1789 signale Bénarruc comme « une très belle station o­­­­u furent trouvés avec des grandes lances de silex, des urnes  sépulturales, symétriquement  rangées, pleines d’ ossements humains et de cendres avec des pièces de monnaie, et des sarcophages de pierres provenant de l’époque gallo-romaine ». Cette chapelle vieillotte, sans prétention, bâtie en  1840, sur la colline de Bénarruc par le Père saint- Pé  avec ses dernières économies, et, dédiée à la sainte famille, semble veiller sur les belles maisons du quartier d’Ariosse. La tradition n’ajoute guère de renseignement et, avant la construction de cette chapelle, on ne trouve aucune trace  de culte sur cette colline. Tous les ans la messe des vignerons y est célébrée le 1er dimanche d’octobre à l’occasion de la marche des vignerons qui a pour objectif de collecter des fonds pour la recherche contre le cancer.

Les moulins :

Le réseau hydrographique local explique qu'en 1830, 21 moulins étaient en activité, en 1900 il en restait 11. Il n'y avait à Pouillon que des moulins à farine dont un seul à vent. Certains d'entre eux sont aujourd'hui rénovés et habités.

Histoire et patrimoine
  • Actuellement 4 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 3.8/5 (8 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !